Revenir au Lycée de Biyem-Assi 11ans après (Part I)

Je suis très contente d’y avoir remis les pieds. j’y ai obtenu mon BAC en 2005 et ce n’est qu’en 2016 que j’ai revu ce lieu de tant de souvenirs.

Le lycée de Biyem-Assi, ce lieu faiseur de stars, hé oui il n’y a que des stars dans ce lycée c’est peut-être anodin mais c’est mon avis. J’y ai vu Yvo le « master Yvo », Picksou Black devenu « Adoba » aujourd’hui quand il a remplacé Kris Bad dans les interprétations façon Michael Jackson. Thierry Ntamack a toujours été sympa et très blagueur et il était très souvent entouré de filles. le petit frère de Idriss Carlos Kameni venait se vanter dans nos couloir avec le maillot de gardien de son frère quand il brillait encore dans nos goals. Tiens Carlos m’a signé un autographe, faut que je cherche ce livre cette signature vaudra de l’or aux enchères un de ces jours. Aujourd’hui encore une de mes cadettes du « Lybyiem » comme nous l’appelons affectueusement, brille au Basket. Que des Stars.

Jeune élève swagg
Jeune élève swagg

Bref j’ai visité le Lybyiem et je dois dire que de nombreux souvenirs me sont revenus. De mes parties de tennis avec les garçons sur la plate-forme sous un soleil brulant, aux escalades des murs de « la porte des étoiles« , tout défile dans ma tête en une fraction de secondes. Je peux dire que beaucoup de choses ont changé et d’autres pas. Venue dans cet établissement quand c’était Mr Ngouesse Mathias le proviseur, puis c’était Mr Essama Essama Petit Pierre et j’ai quitté les lieux en y laissant Mr Ndoumou à Mvomo. Chaque proviseur a marqué son temps de règne. Mr Ngouesse un homme peu loquace, très discret, vous n’auriez pas cru que c’est le proviseur. La première fois que je fais sa rencontre, il est accroupi et tente d’allumer du feu sur un tas d’ordures dans la cour. Il le faisait tout le temps et même pour gronder sa voix était à peine audible. Il aimait les sportifs et nous avait donné pleins d’avantages. Par exemple lors des compétitions de la FENASCO, si un sportif était absent à un Devoir surveillé, il avait la possibilité de le passer à une date ultérieure. La Lycée de Biyem-assi brillait. Nous remportions presque tous les trophées bien sur avec notre rival de toujours le Lycée Général Leclerc. Mais il faut dire que nous avions des doutes sur l’identité et l’âge de leurs athlètes car ils paraissaient plus vieux que ce que leurs pièces d’identité montraient. Pour nous, le Lycée Leclerc prenait du renfort à l’INJS (l’institut nationale de la jeunesse et du sport) c’est pour cela qu’il était au top. Bon je laisse

Pour Mr Essama il faut dire que ses prénoms composés renvoyaient vraiment au personnage. Une vrai petite pierre cet homme, très noir et très dur je pense que son cœur aussi était en pierre. Il ne parlait pas beaucoup et aimait punir. Mais s’il faut lui reconnaitre une qualité, il a rendu ce lycée beau avec des espaces verts partout,des bacs à ordures, il était interdit de jeter les ordures au sol. Ses punitions étaient inoubliables et même les parents le redoutaient. Il disait souvent que si l’enfant est désordonné c’est la faute du parent et quand il convoquait un parent, il lui passait un de ces savons.

Mr Ndoumou aimait les discours, il avait les mots pour convaincre et de ses tournures de langage quelques fois je n’arrivait pas à suivre. Ce qui m’a marqué chez lui c’est sa barbichette, ha oui il avait une barbichette toujours bien dressée et aucun poil ne débordait. Il aimait se promener dans les couloirs avec ses lunettes fumées et une main dans la poche. Il y avait ces proviseurs, mais il y avait aussi Mr Onambélé professeur de travail manuel qui en 5 minutes vous punissait et riait avec vous en même temps. Sexy ce surveillant avec ses pantalons jeans toujours sexy, Du Tuyau, toujours à fouetter les élèves avec son court tuyau orange, Didier et ses multiples punitions à faire en même temps, Mme Rim olala même en écrivant ce nom mes doigts tremblent. Cette dame, surveillante générale à l’époque, passait nos ventres et nos seins au scanner pour détecter d’éventuelles grossesses. Un jour en passant faire sa visite quotidienne dans ma classe, elle n’avait pas apprécié la façon dont je nouait mon cordon et elle l’a serré tellement fort en l’attachant que mon nombril s’est mis à me faire mal, un peu comme quand vous avez des levures. Mme Rim préférait que vous soyez malade et que vous restiez en classe, elle ne délivrait que très rarement les billets de sortir et que fallait-il faire si ce n’était que faire de l’escalade pour avoir sa liberté. Ils sont nombreux et j’en oublis même.

Ce qui n’a pas changé

Les enseignes de l’établissement sont toujours au même endroit et ne sont pas renouvelées.

Enseigne Lycée de Biyem-assi
Enseigne Lycée de Biyem-assi
Enseigne entrée Lycée de Biyem-assi
Enseigne entrée Lycée de Biyem-assi

La plate-forme attire toujours autant d’élèves et il y ‘en a toujours (les basketteurs surtout) qui jouent les pros.

La Plate-forme du  Lycée de Biyem-Assi
La Plate-forme du Lycée de Biyem-Assi
les élèves sur la plate-forme
les élèves sur la plate-forme

Il y a toujours des élèves qui s’ennuient et se font les tresses au couloir.

élèves sur la cour du Lycée de Biyem-assi
élèves sur la cour du Lycée de Biyem-assi

Il y a toujours des devoirs surveillés le jour de la remise des bulletins et les sacs occupent toujours la porte pour éviter la tricherie. Mais cela ne nous stoppait pas il y avait les cuisses et les paumes de mains.

Salle de composition
Salle de composition

Le proviseur fait toujours son discours avant la remise des bulletins et les élèves doivent s’aligner. Au fait le nouveau proviseur se nomme Mr Jean Kontchou.

Le Proviseur du Lycée de Biyem-Assi
Le Proviseur du Lycée de Biyem-Assi
Des élèves du Lycée de Biyem-assi alignés
Des élèves du Lycée de Biyem-assi alignés

Il y a toujours des élèves qui escaladent, le gardien est toujours très noir et menaçant comme le regretté Bernard. Au fait savez-vous qu’il existe une association des anciens élèves de ce lycée? Les membres y font de très bonnes choses pour dire merci au lybyem.

A SUIVRE

 

 

 

 

 

 

 

The following two tabs change content below.
Salma
Salma est Camerounaise et journaliste, formée à l'ESSTIC. Elle a été reporter pendant 10 ans pour le mensuel sur la santé des adolescents «100% jeune». Elle a également travaillé pour le magazine sur l'environnement «Together». Sur la toile, elle a travaillé pour des sites comme Goducamer.com, cameroon-info.net, Mboablog, Kamerhiphop, reglo.org. Elle est une passionnée par l'écriture en ligne. Actuellement à Bamenda, elle est journaliste à la Radio Evangelium. Elle continue à évoluer dans la presse écrite en tant que correspondante pour des parutions telles que «Horizons 2035» et «Musiki».
Salma

Derniers articles parSalma (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *