Mes questions sur la 4 G

Ce n’est peut être pas le cas pour de nombreux pays de nos jours, mais la fin d’année 2015 a été l’occasion pour deux de nos sociétés de téléphonie mobile MTN et Orange, de nous proposer la 4G. Bien avant, la venue de Nextel nous avait fait gouter à la vitesse sur ce plan là. Appels vidéo, ouverture des pages instantanée, etc. C’était rapide et cela comme toujours a un prix.

connexion
connexion

Est-ce vrai ?

C’est la première question qui me trotte la tête depuis que la « 4G » est là. Personnellement j’avoue que je n’ai pas expérimenté les merveilles de la 3G. Je ne sais à quel moment nous sommes passé de la 1, la 2, la 3 et aujourd‘hui la 4G. De manière pratique je pourrais dire que même avec toute la panoplie de forfaits Internet pour mobile qu’on m’a proposé, il était difficile pour moi d’ouvrir plusieurs pages sur mon mobile et je ne parle même pas de naviguer.

Qu’est ce que cela va engendrer ?

Et bien peut être plus de bousculades qu’autres choses. Il ne se passe pas un jour sans que je ne vois de nombreux camerounais qui abandonnent leurs activités pour s’aligner devant des maisons de téléphonie mobile pour recevoir une puce 4G. Ils veulent tous avoir cette puce gratuite mais savent-ils ce que cela implique? Je ne pense pas. Et bien pour ceux qui veulent voir les plaisir de la 4G il faudra encore franchir de nombreuses étapes. Faudra une puce donc aller s’aligner je ne sais pendant combien d’heures pour recevoir ce précieux sésame. D’un autre côté il faudra un équipement adapté c’est-à-dire soit aider nos maisons de téléphonie mobile à augmenter leur chiffre d’affaire en achetant des téléphone 4G, soit pour ceux qui ont des téléphones 3G, en « achetant » (toujours acheter quelque chose vous n’y échapperez pas) un modem qui permettra à votre téléphone de version obsolète de gouter à cette merveille. De nombreux camerounais ont des téléphones Androïd mais combien en ont un de 3G ? Autre chose combien de camerounais achètent eux –mêmes ces téléphones Androïd, 3G ou 4G ? Pour la plupart, ce sont les membres de la famille qui résident en Mbeng qui nous les envoie. L’autre question, devons-nous nous ruiner pour accéder à une nouvelle technologie qu’on n’a pas demandée? Je dirais NON.

L’affichage massif est-il nécessaire ?

Du point de vue des dirigeants d’une société on me dira OUI. Et pour cause, il faut communiquer sur un produit. Mais je dirais NON. Yaoundé désormais envahit de panneaux de publicité XXL qui vantent les merveilles de la 4G. Une colonisation publicitaire qui vous pousse à vous sentir comme un homme des cavernes quand vous n’y avez pas goutter. « Tout ce que vous aller pouvoir faire », « 4G turbo LTE », si seulement je savais ce que LTE signifie. Les mêmes slogans avec des phrases différentes qui n’annoncent rien de concret sinon des dépenses.

Quelqu’un peut-il témoigner ?

Des proches qui se sont essayé à la 4G me disent que c’est rapide. Je veux bien le croire mais je reste tout de même sceptique. Il y a quelques années déjà quand ils nous proposaient la 3G, les prouesses technologiques étaient satisfaisantes. Mais je ne comprends pas pourquoi chaque fois qu’on lance une nouveauté sur ce plan là, il faut compter 4 à 6 mois pour vraiment avoir un service de qualité. Passé ce délai, vous revenez à votre quotidien de mauvaise connexion et de débit lent. Je n’arrive pas à ouvrir une page web sur mon mobil malgré les meilleurs forfaits que l’on m’a proposé. Ma connexion mobile se réduit à WhatsApp, Viber et Instagram. Le forfait de ma clé Internet je l’utilise à 60% vu que quelques fois à quelques jours de l’expiration du crédit, elle ne marche plus et mon crédit expire. Je ne compte pas changer de clé Internet pour pouvoir surfer à la 4G. Je n’ai pas d’exigence de 2, 3, 4 ou même 5G, tout ce que je veux c’est une bonne connexion à prix réduits pour une camerounaise de classe moyenne qui surfe simplement.

The following two tabs change content below.
Salma
Salma est Camerounaise et journaliste, formée à l'ESSTIC. Elle a été reporter pendant 10 ans pour le mensuel sur la santé des adolescents «100% jeune». Elle a également travaillé pour le magazine sur l'environnement «Together». Sur la toile, elle a travaillé pour des sites comme Goducamer.com, cameroon-info.net, Mboablog, Kamerhiphop, reglo.org. Elle est une passionnée par l'écriture en ligne. Actuellement à Bamenda, elle est journaliste à la Radio Evangelium. Elle continue à évoluer dans la presse écrite en tant que correspondante pour des parutions telles que «Horizons 2035» et «Musiki».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *