Bamenda : le fief des « scamers ».

ordinateur
ordinateur

Encore un nouveau mot en anglais que je découvre de ce côté de la région du Nord-ouest. Ce mot a attiré mon attention quand ma coiffeuse, en me voyant toujours scotchée sur mon téléphone ou mon ordinateur m’a posé la question « are you a scamer ? » traduction littérale « es-tu une arnaqueuse ? ». J’ai répondu non mais il a fallu que je fouille mon dictionnaire pour savoir à quoi cela renvoyait.

Un « scamer » est ce que nous appelons au Cameroun un « feyman » donc un escroc. C’est une personne qui passe ses journées devant un ordinateur. Il peut agir seul ou avec des copains. Bon je disais que c’est une personne qui a un ou plusieurs comptes dans un ou plusieurs cybercafés. Elle peut y passer toute la journée ou bien quand elle est fatiguée son ami continue. L’objectif est ici d’exercer la cybercriminalité. Elle poste des annonces dans divers sites sur la vente de chien d’espèce rare, des produits rares. Elle peut même par le biais des spam vous envoyer des mails où elle vous parle de vous léguer sa fortune, vous menace de fermer votre boîte mail si vous n’entrez pas vos coordonnées (Jean Michel de Hauteville en sait quelque chose), le dernier en date est de passer par une demande d’amis sur les réseaux sociaux et de vous demander de continuer votre amitié par une adresse mail.

Si vous tombés dans le ses filets, c’est une escroquerie qui se trouve au bout de cette relation. J’ai entendu des histoires folles d’européens qui se font arnaquer avec  la vente des chiens en ligne, une fois qu’il envoie une avance pour les modalités de transfert de la bête, ou  la somme totale, le site n’existe plus. Il y a des avis de recherche de jeunes garçons « scamers » à Bamenda.

Des personnes abusées ont déjà effectué le voyage en direction du Cameroun pour rechercher leur voleur sans succès. Résultat, de nombreux tenanciers de cybercafés sont devenus méfiants et chassent tout jeune ou groupe de jeune qui passe trop de temps sur Internet. J’ai demandé dernièrement à un propriétaire de cyber pourquoi il chassait ainsi un groupe de cinq garçons, il m’a répondu « qu’ils ne reviennent plus faire leurs bêtises là ici. Ils mettent les gens dans les problèmes et après ils disparaissent, je ne veux pas de ça dans mon cyber ».

Les filles aussi sont dans le réseau, elles sont parfois des secrétaires de sociétés fictives, elles proposent des logements à prix bas pour touristes, elles proposent des bébés, elles cherchent des partenaires prêts à les aider à faire leurs papiers pour traverser, une fois qu’elle trouve un homme assez amoureux, assez intéressé pour la transaction, elles l’arnaquent et vont voir ailleurs si l’herbe y est plus verte.

On ne peut avoir un portrait définitif du « scamer » parce que ce sont parfois des gérants de cybercafés, des étudiants, des informaticiens, des dépanneurs d’ordinateur, n’importe qui peut l’être. Les filles servent le plus souvent d’appât et pour elles, c’est si facile. Alors si vous vous rendez dans un cybercafé à Bamenda, n’oubliez jamais de vous déconnecter de votre compte, de décocher l’option « garder ma session ouverte », ou encore de télécharger et remplir des formulaires avec vos coordonnées bancaires et autres données. Si vous avez fini supprimer vos documents du Bureau et aller vider la corbeille, j’ai parlé, euh pardon écris.

 

The following two tabs change content below.
Salma
Salma est Camerounaise et journaliste, formée à l'ESSTIC. Elle a été reporter pendant 10 ans pour le mensuel sur la santé des adolescents «100% jeune». Elle a également travaillé pour le magazine sur l'environnement «Together». Sur la toile, elle a travaillé pour des sites comme Goducamer.com, cameroon-info.net, Mboablog, Kamerhiphop, reglo.org. Elle est une passionnée par l'écriture en ligne. Actuellement à Bamenda, elle est journaliste à la Radio Evangelium. Elle continue à évoluer dans la presse écrite en tant que correspondante pour des parutions telles que «Horizons 2035» et «Musiki».

5 commentaires sur “Bamenda : le fief des « scamers ».

  1. Intéressant ce billet sur les scamers. Cette réalité est aussi présente à Dschang. Je me souviens encore de mon voisin de cité il y a quelques années qui est devenu, du jour au lendemain, riche comme un voleur. A la même période, je le voyais passer toutes ses journées dans un cyber café. Un jour, la gérante de ce cyber m’a fait savoir qu’effectivement, c’étaient des « scamers » tels que décrits dans ce billet. Merci surtout pour les conseils à la fin.

  2. tres bien ecrit, on en rigole, mais tu as tres raison sur ce que tu ecris. ton article doit etre photocopie et plaque devant chaque ordinateur d’un Cyber Café.
    take care sister.
    nice day.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *