Le téléphone: outil de developpement d’une nouvelle façon de communiquer

Et si le SMS menaçait le Français?

Avec le développement de la téléphonie mobile au Cameroun, le portable est devenu un outil de plus en plus présent dans notre quotidien (6foyers sur 10 en ont un). Avec lui un nouveau langage basé sur l’abréviation et la phonétique: le SMS (short Message Service) qui menace la langue française, du moins pour  l’orthographe.

Les dirigeants des institutions scolaires ne savent plus où donner la tête car les utilisateurs des SMS n’établissent plus de limites dans l’emploi de ce langage. Une petite enquête à l’université de Yaoundé I et à l’ESSTIC, nous a permis de constater auprès des enseignants de français de ces différentes institutions que l’on a atteint le seuil d’urgence. La plupart des copies reçues après une interrogation dans les amphis montrent un usage des SMS dans les copies des étudiants.

Pour Monsieur Zanga Godefroy, enseignant de français à l’ESSTIC «le sms a permis à de nombreux étudiants paresseux de se réfugier derrière ce langage pour cacher leurs lacunes en français, mais après un devoir il faut bien se rendre à l’évidence, le français est menacé».

Pour les étudiants, la faute se trouve plutôt ailleurs, Amélie étudiante en deuxième année faculté des lettres le justifie par le fait que«la plupart du temps je n’ai pas le temps de relire ma copie car le temps est insuffisant».

Dans les familles aussi les parents ont dû s’arrimer à cette nouvelle forme d’écriture qui pour eux est une autre école. A cet effet madame Mandela, secrétaire raconte «un jour mon fils qui s’était absenté ma laissé un mot pour me signaler son absence et j’avoue qu’en lisant avec toutes ces abréviations j’étais perdue et j’ai dû l’attendre pour qu’il me l’explique à nouveau. Aujourd’hui c’est devenu plus facile pour moi et je m’y suis habituée».

Pourtant dans le milieu jeune, écrire en langage Sms est devenu la mode, certains jeunes ont des blocs notes qui leur servent de dictionnaire pour avoir le maximum d’abréviations possible. Aussi une société téléphonique de la place donne accès sur son site à un mini dictionnaire des sms pour aider ses abonnés.

Avec tout cela le problème que soulève l’emploi du SMS devrait être posé lors des rencontres sur la francophonie, «pr sové la lgue frçèz», oh!escusez pour sauver la langue française.

The following two tabs change content below.
Salma
Salma est Camerounaise et journaliste, formée à l'ESSTIC. Elle a été reporter pendant 10 ans pour le mensuel sur la santé des adolescents «100% jeune». Elle a également travaillé pour le magazine sur l'environnement «Together». Sur la toile, elle a travaillé pour des sites comme Goducamer.com, cameroon-info.net, Mboablog, Kamerhiphop, reglo.org. Elle est une passionnée par l'écriture en ligne. Actuellement à Bamenda, elle est journaliste à la Radio Evangelium. Elle continue à évoluer dans la presse écrite en tant que correspondante pour des parutions telles que «Horizons 2035» et «Musiki».
Salma

Derniers articles parSalma (voir tous)

8 commentaires sur “Le téléphone: outil de developpement d’une nouvelle façon de communiquer

  1. C’est bien de voir que le téléphone portable a des effets nocifs sur le plan orthographique et grammatical. Mais les conséquences sur la santé ne sont pas à négliger. Je te rappelles aussi que les matières premières qui entrent dans la fabrication des portables proviennent souvent des zones de guerre comme le Congo RD. Alors quand tu reçois un appel ou quand tu écoutes de la musique dis toi que « Peut-être une femme a été violée pour que je puisse écouter cette musique! » Rire? Non, je suis sérieux.

  2. Salma tu sais un auteur Francais a publie un liver intitule « l’Afrique est mal barree » et en lisant ton article je me rends compte qu’il avait plainement raison car l’impact negatif du telphone portable sur la vie sociale que subit les pays developpes m’a l’air tres accentuer au Cameroun. l’Afrique est vraiment mal barree? (pardonnez mon clavier est un qwerty donc pas d’accents).

    va de l’avant Salme tu fais du bon boulot.

  3. Salma convenons que non seulement le sms est un refuge pour ceux qui ne maitrisent ni l’othographe encore moins la conjugaison mais au Cameroun il vient saler l’addition concoctée par « notre francamanglais ».Je suis desolé et j’ai peur pour la génération future qui heritera de ces tares qui est loin d’etre l’affirmation d’une identité.
    Mon identité culturelle à moi se fonde sur mes langues du nord d’abord.Elles me permettent de traduire ce que le français ou l’anglais dit.Avec le podoko, le mandara ou le fulfuldé, j’irai négocier pour le Cameroun et personne ne nous entendra quand on voudra se dire des choses secrètes en public comme par exemple…Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *