Avec boko haram la prudence Oui, la panique Non !

Source: google
Source: google

Je ne pense pas qu’un tel groupe mérite que j’écrive son nom en majuscule. J’ai gardé mon calme face à toutes leurs opérations et toutes les horreurs qui ont suivies. Ces images, ces nouvelles à la Une, ces nouvelles dans les blogs, sur les réseaux sociaux, une publicité gratuite pour des gens qui ne le méritent même pas.

Un seul but : nous faire peur. Il faut que l’on ait peur, que l’on rejoigne le mouvement, que l’on tremble et que si nous croisons leur route, par peur de mourir nous les supplions de nous laisser la vie sauve pour nous envoyer devenir des chairs à canon. Enlever des jeunes filles et dire les soumettre à l’islam pour ensuite les utiliser pour de tels actes quelle horreur ! « Abomination ! »Comme diraient certains.

Quand les attentats du 11 septembre ont eu lieu au Etats-Unis, il faut dire qu’al quaïda a eu le même effet sur les américains et le monde entier. Depuis cet attentat le monde n’a plus jamais été le même. Des destinations censées formées des radicaux font l’objet d’une surveillance approfondie. C’est à cet instant que j’ai ressenti un malaise. Un malaise du fait de ce nom musulman que je porte. Et je me demandais si désormais quelqu’un qui portait un nom musulman pouvait prouver qu’un visa lui a été refusé pour une cause valable ou pour son nom et son look ? (la barbe).Avec l’attentat à Charly Hebdo c’était la goutte d’eau de trop qui venait désormais faire qu’un chrétien qui se fâche c’est normal, mais un musulman une fois qu’il le fait reçoit des commentaires comme « vous êtes toujours comme ça », « vous êtes tous des radicaux ». Un climat où désormais votre nom éveille des soupçons sur des simples habitudes du quotidien, où on vous catégorise à un groupe de délinquants qui ne savent même pas au nom de quoi ils font ce qu’ils font. D’ailleurs y a-t-il une raison de tuer comme ça ? Je passe.

Les attentats au Nord de mon pays dernièrement, ont certes instauré un climat de suspicion et de peur au sein de la population, mais je dis que face à eux pas question de paniquer. Les images que nous diffusons, le fait de parler d’eux augmente leur popularité et peut-être même l’adhésion de nouveaux membres à la recherche de sensations fortes. De nos jours ce sont des commentaires du genre « on a attrapé tel à l’église, au marché, à la Cathédrale et je ne sais encore où avec des explosifs » parfois des histoires montées de toute pièce pour se rendre intéressant. Paix aux âmes des victimes très récentes de Kerawa et bravo à nos soldats qui se battent pour que nous trouvions le sommeil, mais faire de la pub à qui ? boko haram ? Non merci.

Les derniers évènements nous feront changer nos habitudes. Nous ne trainerons plus au marché pour faire nos achats. Les femmes qui aiment bien faire des trajets inutiles et des discussions interminables seront bien obligées d’abréger. Désolé, les bonnes habitudes africaines vont foutre le camp. Avec la rentrée scolaire, nous reviendrons à cette bonne vieille habitude à inculquer à nos enfants et nos proches « on ne cause pas avec les étrangers et si quelqu’un t’appelles et que tu ne le connais pas cries et coure »ma mère me disait toujours cette phrase et à cette époque il n’y avait pas de boko haram. Nous devrons leur apprendre à ne pas parler aux inconnus, qu’ils n’aident personne à transporter quoique ce soit même les paquet de bonbons et de biscuits(qu’ils acceptent de se faire traiter de « mal éduqués »).Pour ceux qui nous cassent les oreilles avec des veillées où l’on exécute des chants chrétiens réveillés imperceptibles et pour ceux qui croient que c’est le fait d’aller à l’église tous les jours, de s’asseoir au premier banc, de faire plus de dons ou encore d’égrainer le chapelet toute sa vie qui fait de nous des croyants, ils vont devoir changer leurs habitudes. Ils sauront bien que ce n’est pas le lieu qui fait la foi mais les actes que l’on pose vis-à-vis de notre prochain.

S’il faut céder à la panique allons-nous suspendre la saison sportive? Allons-nous annuler tous les concerts ? Fermer les bars ? Allons-nous cesser d’aller à l’école ? Au travail ? Allons-nous cesser de vivre pour un groupe d’individus ? Je ne pense pas.

Il est question de rectifier nos habitudes, ouvrir l’œil, collaborer avec la police. La vigilance c’est tout  et si vous suspectez quelque chose appelez le 1500.

Bonne rentrée colère aux parents

The following two tabs change content below.
Salma
Salma est Camerounaise et journaliste, formée à l'ESSTIC. Elle a été reporter pendant 10 ans pour le mensuel sur la santé des adolescents «100% jeune». Elle a également travaillé pour le magazine sur l'environnement «Together». Sur la toile, elle a travaillé pour des sites comme Goducamer.com, cameroon-info.net, Mboablog, Kamerhiphop, reglo.org. Elle est une passionnée par l'écriture en ligne. Actuellement à Bamenda, elle est journaliste à la Radio Evangelium. Elle continue à évoluer dans la presse écrite en tant que correspondante pour des parutions telles que «Horizons 2035» et «Musiki».
Salma

Derniers articles parSalma (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *