6 Comments

  1. Josiane Kouagheu
    Josiane Kouagheu 21 avril 2014 at 13 h 04 min . Reply

    Oh Sins alma tu m’as fait découvrir la prison de Bamenda. J’ai aimé ces notes d’humour que tu y as mis. Franchement je ris et suis désolée (en même temps hein?) en te lisant. « Mon frère ta liste là hein, si tu sais que moi-même je n’ai pas souvent l’argent pour acheter du détergent pour laver mes habits tu vas wanda. Oublies que je suis sur mon 31 papa, je suis paumée ». Et au même moment, tu nous plonges dans ce milieu où la vie est vraiment une jungle où innocents et condamnés (réellement), se cotoient. Je me dis aussi qu’il faut comprendre ces prisonniers. Ils souffrent dans ces prisons pleines à craquer. Les conditions de vie y sont vraiment dures. Une pièce de monnaie, une toute petite pièce, est une fortune pour eux. Et célebrer une messe dans cette prison est une bonne chose! Actuellement je lis le livre des Journalistes africains pour le developpement (Jade) qui, à travers des reportages et enquêtes, nous dresse le milieu carcéral camerounais. Un milieu sans concession, où il faut se battre pour s’imposer. Et sans mentir, ton texte me montre qu’il ne faut pas oublier ces prisonniers et toi aussi!

  2. clemence nyamda
    clemence nyamda 22 avril 2014 at 8 h 11 min . Reply

    wèèèèhhhhh mama tu as oublié les gars qui nous ont suivi jusqu’au niveau de la ligne blanche sur le terrain à ne pas traverser par ces prisonniers? je t’avoue ke j’avais la chair de poule. bien qu’étant assise à coté des gardiennes de prison je suis allé communié avec mon sac. je suis sûre ke tu n’as même pas remarqué lool… je me souviens encore de ces mots: grande sœur, tantine, anty, ressé… pardon laisse moi kelke chose même pour manger des beignets. alors ke si le djo là te croise dans un couloir la nuit heinnn, tu vas confirmer pourquoi beaucoup ne prend pas S !!! ils avaient tous l’air des anges, et c’est la chorale ki m’a éblouie ! j’ai même donné mon morceau de poulet au maitre de cœur là. toi tu marchais même comme une fille ki apprend à marcher heinnn, à mon arrivée c’est un prisonnier ki m’a accompagné jusqu’à la chapelle, mais qd je suis allé appelé franck j’ai sauf ke pris marathon ohhh… c’est pourkoi je vous ai demandé de m’attendre… mine de rien c’était très nyanga Pâques à la prison qoi que tu ne m’ai plus invité chez toi pour finir mon plat de porc… miam miammmmm

  3. Aime
    Aime 5 mai 2014 at 20 h 19 min . Reply

    nice piece on bamenda prison. i enjoyed reading it. thanks for taking such a high risk for us. Big Love.

  4. […] Salma Amadore narrates [fr] how her visit inside the central prison of Bamenda, the capital city of […]

Post Comment