À Bamenda les ordures servent de repas pour les fêtes de fin d’année

poubelle à Foncha street (bamenda)
poubelle à Foncha street (bamenda)

Bref c’est une idée parmi tant d’autres qui défilent dans ma tête. Depuis plus de six mois déjà, la collecte des ordures dans la ville se fait je dirais selon les prévisions astrales. Vous connaissez non, ces prévisions où on vous parle de jour de chance (pour moi c’est le jour de collecte de ces ordures), atomes crochus (les quartiers qui ont la chance d’être choisis pour cette collecte).

C’est bizarre. Dans un contexte où, à un moment donné, le Cameroun en accord avec Hysacam avaient instauré des prix en matière de « ville propre », je me dis que soit à Bamenda cela ne les intéresse pas, soit ils sont bien avec tous ces ordures au quotidien. Le BCC (Bamenda city council) est en charge de cette collecte. Seulement, le personnel sur le terrain, collecte les ordures de manière anarchique. Je vous explique pourquoi. Il avait été établi un emploi de temps qui désignait les jours de collecte d’ordures pour chaque quartier. Pour Foncha Street par exemple, le camion est censé passer le mercredi matin. Il peut arriver que ces agents du BCC décident de passer soit le mercredi à 8h (et là il n’y a pas encore d’ordures, ils sont bien contents), soit de passer un autre jour de la semaine à n’importe quelle heure (à vous de deviner cette heure, est ce que si les ordures remplissent votre cours c’est leur problème ? comme on dit chez nous, leur salaire passe).

tas d'ordures à mobil nkwen (bamenda)
tas d’ordures à mobil nkwen (bamenda)

À tous les carrefours ou point de jonction dans les quartiers, il y a un tas d’ordures. Je vous épargne les odeurs je ne pourrais les mettre sur ce billet. Cela fait déjà deux mois que le tas d’ordures de mon quartier est là, et avec ça, nous avons de nouveaux agents de collecte d’ordures. Ces nouveaux agents sont : les animaux (poules, chats, chiens, porcs) qui passent par là et voient en ce tas d’ordures, un bon moyen de se nourrir. Résultat si monsieur le chien trouve un bon os emballé dans un sachet, s’il ne peut l’ouvrir rapidement, il trainera le sachet jusqu’à ce qu’il se déchire, et une fois l’os dégusté, il abandonne le sachet là. Un autre agent de collecte ces derniers temps est la pluie. Quand il pleut, le courant des eaux emporte une bonne partie des ordures emballés qui sont légers. Les habitants aussi en profitent et n’hésitent pas à verser leurs ordures dans les torrents crées par la pluie. Les ordures circulent avec la pluie et achèvent leur course quand ils se heurtent à un obstacle, ou lorsque la pluie s’arrête.

Les populations ne savent plus à quel saint se vouer. Certains veulent bien croire que les véhicules sont en panne que non. La plupart des camions chargés de la collecte d’ordures font des allers et retours dans certains quartiers. Ils collectent maintenant de la terre pour la déverser  sur les pistes très fréquentées pour combler les nids de poule. Bienvenue la poussière (je vais vous raconter cela dans un autre billet).

Tas d'ordures à Virgin land(bamenda)
Tas d’ordures à Virgin land(bamenda)

En parlant de repas de noël, je pense à ce cours où, à l’école on nous enseignait que certaines ordures peuvent servir d’engrais. J’imagine que stockés ainsi, ces ordures deviendront sans doute de l’engrais. Une fois fertilisé, le sol laissera paraitre de grands arbres fruitiers qui nourriront la population. En attendant le paysage de la ville change et les odeurs d’ordures sont devenues des effluves normaux pour nous, il y a quoi ?ne dit-on pas que « la saleté ne tue pas l’homme noir ».

Tas d'ordures dans un caniveau à Bamenda
Tas d’ordures dans un caniveau à Bamenda

 

 

 

The following two tabs change content below.
Salma
Salma est Camerounaise et journaliste, formée à l'ESSTIC. Elle a été reporter pendant 10 ans pour le mensuel sur la santé des adolescents «100% jeune». Elle a également travaillé pour le magazine sur l'environnement «Together». Sur la toile, elle a travaillé pour des sites comme Goducamer.com, cameroon-info.net, Mboablog, Kamerhiphop, reglo.org. Elle est une passionnée par l'écriture en ligne. Actuellement à Bamenda, elle est journaliste à la Radio Evangelium. Elle continue à évoluer dans la presse écrite en tant que correspondante pour des parutions telles que «Horizons 2035» et «Musiki».

6 commentaires sur “À Bamenda les ordures servent de repas pour les fêtes de fin d’année

  1. Ce sujet (les ordures) est une épine dans les pieds des dirigeants des pays africains. Ils s’empire avec le phénomène de broccante qui va grandissant dans toutes les villes du Cameroun et d’Afrique. Pour une émergence en 2035 (selon le Chef de l’Etat Paul Biya), on doit d’abord penser à la proprété de nos villes.
    Merci de dire à ces Maires et Délégués du Gouvernement de se mettre au travail.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *