Le top 10 du dictionnaire politique au Cameroun.

1-« Comme l’a dit »

Une expression qui ne peut manquer dans les discours de nos chères personnalités politiques. C’est à se demander si elles ne peuvent réfléchir par elles-mêmes, sans faire référence à telle ou telle personne. Cette expression est  utilisée soit en début de phrase, soit dans le dernier paragraphe de ce que ces dernières ont à dire. Je pense que ces personnalités sont sans doute notées et évaluées par le nombre de fois où elles utiliseront cette expression durant leur mandat. Après cette expression, vient ce nom inévitable.

2 -« Le chef de l’Etat »

Voilà nous y sommes, il est le seul qui dit tout ce qui est bon, tout ce qui mérite d’être répété comme nous le faisions à l’école maternelle et primaire quand on disait « récitation, le laboureur et ses enfants, etc. » . Ce qu’il dit est vrai un peu quand, durant notre enfance on disait « la maitresse a dit que… »Et c’était la vérité, est ce qu’on discute ce que la maitresse a dit ? Quand une personnalité le dit  à la télévision, j’ai souvent envie de lui demander « d’accord il a dit, mais toi-même tu dis quoi ? ».

3-« Dans son discours de… »

C’est la suite des expressions précédentes, le candidat politique passe en revue les discours du président, les mémorise ainsi que la date et cela lui sert de boussole. En donnant la date de ce discours, il sait qu’il a reçu l’onction de son patron, vu qu’il est assidu, la preuve, il vous donne toutes les références : la date du discours, le prétexte de ce discours, le lieu de prononciation, l’habillement, le parfum et même le décor du jour de ce discours. Il a les preuves de ce qu’il avance, allez dire !

4-« Notre Pays »

Faut bien qu’il nous montre qu’il est patriote, que ce qu’il fait c’est pour le bien du pays. Où ira-t-il vivre, n’est ce pas ce pays qui lui a donné ce poste qu’il occupe aujourd’hui ? Il pille « notre pays », n’investi pas dans « notre pays », ses enfants ne fréquentent pas dans les écoles de « notre pays », ses comptes bancaires se trouvent hors de « notre pays » (on vous connait les camerounais avec vos micro-finances qui ferment tous les jours là) et tout ça c’est pour servir « notre pays ».

5-« Le Cameroun »

Mon cher et beau pays est cité quand on veut vanter ses richesses et justifier la signature de tel ou tel partenariat. Quand on veut le flatter « le Cameroun est un beau pays, hospitalier ». Quand on veut le descendre « le Cameroun est une destination à risque, la preuve on y a enlevé le couple Tangui » (j’en veux encore à Boko Harram pour cette mauvaise pub). « Le Cameroun a avalé sa queue, les Lions indomptables ont perdu face aux Chats malades, etc. ».

6- « Emergent en 2035 »

C’est le dernier né du dictionnaire politique. C’est comme si « émergent » était un nouveau mot dans le dictionnaire. Les personnalités politiques, publiques aussi ne vivent que pour 2035. Parait que cette année là il y aura assez d’eau, assez d’électricité, assez d’air, assez de routes, assez de ponts, assez de nourriture et moins chère. 2035 celui qui n’y sera pas aura tout raté, si la mort veut vous prendre, demander lui d’attendre 2036, le temps pour vous de profiter de ce paradis Emergent.

7- « La jeunesse, le fer de lance de la nation, bla bla bla »

Fatiguée d’entendre ça. Le fer de lance là doit déjà être rouillé et donc la nation mourra car la rouille ronge tout. Toutes les personnalités politiques ont toujours une pensée pour la jeunesse, cette jeunesse qui ne travaille pas alors que la vieillesse occupe les mêmes postes depuis 100ans. Cette jeunesse qui choisit la boisson et les églises comme thérapie pour avoir encore de l’espoir. Vous savez les églises et la boisson ont ceci en commun qu’ils nous font perdre la tête. À  l’église on a des messages d’espoir « mon frère, mon petit, dieu a un plan pour toi crois seulement ». Au Bar, après quelques bouteilles, il est difficile de se demander « pourquoi je ne travaille pas alors que je suis qualifié ? »Vos soucis se noient avec le liquide que vous buvez. Narcisse Nkouokam l’a dit « vos soucis ont appris à nager », comprenez le ou ignore le, mais c’est vrai car après avoir bu, les soucis reviennent au galop et en plus, il faut trouver de l’argent pour soigner les maux de tête.

8-« La feuille de route »

Je me demande si elles en ont vraiment une en politique. Parce qu’avec tout ce qui se passe une fois qu’elles prennent les commandes, il y a de quoi se poser ce genre de question. La seule feuille de route que l’on connait est celle du Président, qu’il donne lors des différents discours. La feuille de route de la jeunesse c’est le 10 février à 20h, celle du pays c’est le 19mai à 20 heures sur notre petit écran. Les autres personnalités politiques trient le volet qui les concerne dans cette feuille de route présidentielle et nous  saoulent avec pendant leur mandat.

9-« volet social »

Avec les élections municipales et législatives qui approchent c’est grave. Chaque candidat a un « volet social »pour les populations. Il veut aider le chef de l’état et les populations (qui sont les potentiels votants bien sur) à améliorer leur quotidien. Dommage que ce « volet social » ne soit abordé que lorsqu’il y a des élections et que c’est toujours « social » d’inviter les populations à aller voter pour tel ou tel candidat.

10-« Dans sa vision »

La plupart des personnalités tentent bien que mal d’interpréter et d’avoir la même vision que le président de la république. S’il voit mal, toutes verront mal. Mais puisqu’il a toujours de bonnes intentions pour le Cameroun, sa vision compte et il ne vous est pas permis de voir autre chose. Compris ?

Politiquement votre !

The following two tabs change content below.
Salma
Salma est Camerounaise et journaliste, formée à l'ESSTIC. Elle a été reporter pendant 10 ans pour le mensuel sur la santé des adolescents «100% jeune». Elle a également travaillé pour le magazine sur l'environnement «Together». Sur la toile, elle a travaillé pour des sites comme Goducamer.com, cameroon-info.net, Mboablog, Kamerhiphop, reglo.org. Elle est une passionnée par l'écriture en ligne. Actuellement à Bamenda, elle est journaliste à la Radio Evangelium. Elle continue à évoluer dans la presse écrite en tant que correspondante pour des parutions telles que «Horizons 2035» et «Musiki».

15 commentaires sur “Le top 10 du dictionnaire politique au Cameroun.

  1. Bon  »elle a dit… » et qu’il en soit ainsi…sinon, on va ressortir la « feuille de route » pour reparler du « volet social » car notre président, « le chef de l’Etat », « dans sa vision » veux de tout cœur que « notre pays » « le Cameroun » avec cette dynamique »jeunesse » coure vers « l’émergence 2035 ». dixit le Roi dans son « discours » récent.

  2. c’est vraiment terrible cette sorte d’aliénation a ce que la président dit ou fait. ici a maroua, depuis que la campagne est lancée je vois les portraits de Paul biya partout dans la ville. a croire qu’il est candidat aux municipales ou aux législatives ici a maroua.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *