Mes jours en enfer

A: Salma

Les africains refusent la modernité hein, y a qu’à voir comment ils refusent de payer leur facture par le téléphone et préfèrent s’aligner durant des heures. Bref ce n’est pas cela qui m’intéresse.

Bon je vous explique ! Après avoir accouché je me suis retrouvée face à un dilemme, la modernité ou la tradition ? Et j’avoue qu’après ce que j’ai vécu, l’enfer ne m’effraie plus. Le jour de mon accouchement je me retrouve en compagnie de ma famille, vous savez les naissances ont ceci qu’elles rassemblent un peu tout le monde pour voir le nouveau-né.

Nous alignons commentaire sur commentaires jusqu’à ce qu’une personne sorte la question qui tue : « qui vas te masser le ventre ? » Ce genre de question vos parvient comme si vous étiez dans un sommeil et que vous vous réveillés brusquement. Je demande « pardon ! ». Et on me pose à nouveau la même question. Et là ils m’ont sorti les plus belles argumentations de ma vie. « Tu pense que c’est la blague hein, si on ne te masse pas tu auras un gros ventre », « tu seras malade, tu sais qu’il y a un palu là qui menace quand une femme vient d’accoucher et peut même la tuer,c’est pour éviter cela », « c’est pour faire sortir tout le mauvais sang car ça peut te rendre stérile », « les femmes font ça depuis dons c’est une bonne chose, il ne faut pas blaguer avec ».

Je suis restée bouche-bée, j’ai voulu leur expliquer que parmi les médicaments que le docteur m’avait prescrit, il y avait certains pour cela. Ils n’ont rien voulu entendre. Quand mon père est entré dans les arguments, j’ai cédé. J’ai posé la question « on va me masser combien de jours ? ». Ma tante me répond « un mois, avec de l’eau chaude » et là mes intestins se sont serrée car ce n’est pas de l’eau chaude dont on se sert, mais plutôt bouillante et une serviette (parait qu’avant c’était avec un balaie).

Je ne peux décrire la douleur de ce massage car non seulement la personne qui doit vous masser n’arrive pas à tenir la serviette tellement elle est chaude, mais vous imaginez l’effet sur un ventre fragile qui vient d’être étirer pendant neuf mois par un bébé ? Il fallait le faire deux fois matin et soir et puis boire des boissons chaudes toujours pour faire sortir le sang. Heureusement le deuxième jour, Dieu a exaucé mes prières. En me réveillant ce matin là je me rends compte une fois devant le miroir que des boutons ont envahis mon ventre. Ils sont blancs et sont partout. Je le montre à ma masseuse qui se décourage de me masser ce jour là.

À l’hôpital, c’est en conversation privée avec mon docteur que je lui ai expliqué la situation. Pour m’aider il a appelé ma tante et lui a demandé de ne rien me donner de chaud et surtout de ne pas me laver avec de l’eau chaude. À la maison, c’est elle qui s’est chargée d’annoncer la nouvelle à mes bourreaux et ce n’est que comme ça que j’y ai échappé.

Un jour sur le net je me suis rendue compte que tout comme le repassage des seins, cette pratique est dangereuse et interdite. Elle est à l’origine des cancers et des complications intestines chez la femme et parfois même des décès. Et je me suis dis « donc j’ai failli mourir à cause de la tradition ? ». Plus  de massage après les accouchements ça c’est ma ferme résolution et je sais qu’un grand combat m’attend.

Est-ce que chez vous après l’accouchement on fait aussi des massages et que vous dit-on de leurs vertus sur vous ?

The following two tabs change content below.
Salma
Salma est Camerounaise et journaliste, formée à l'ESSTIC. Elle a été reporter pendant 10 ans pour le mensuel sur la santé des adolescents «100% jeune». Elle a également travaillé pour le magazine sur l'environnement «Together». Sur la toile, elle a travaillé pour des sites comme Goducamer.com, cameroon-info.net, Mboablog, Kamerhiphop, reglo.org. Elle est une passionnée par l'écriture en ligne. Actuellement à Bamenda, elle est journaliste à la Radio Evangelium. Elle continue à évoluer dans la presse écrite en tant que correspondante pour des parutions telles que «Horizons 2035» et «Musiki».
Salma

Derniers articles parSalma (voir tous)

12 commentaires sur “Mes jours en enfer

  1. Ha oui, les fameuses méthodes ancestrales africaines relatives à la grossesse…

    La belle-mère qui distille ses inepties aux téléphones, suivies de longues palabres au sein du couple pour faire entendre raison à ma dame…

    Notre fils est né en Suisse, bénéficiant du sumum de ce que peut offrir la médecine moderne d’un pays riche.

    Mais j’ai du me battre parfois comme un beau diable contre les « sabotages » venu d’Afrique.

    Le point de discorde le plus homérique fut paradoxalement la question de l’allaitement aux seins.

    Le corps médical, moi et ma famille avons du du faire preuve d’une grande pédagogie et exercer une grande pression pour que mon épouse accepte l’allaiter notre enfant !!

    A croire qu’il s’agit d’une coutume africaine surgie de la nuit des temps de nourrir les nouveaux-nés avec du lait en poudre !!

    En fait mon épouse s’est elle-même infligée la torture des serviettes chaudes sur le ventre.

    Elle a aussi eu des problèmes avec un sein car elle a arrêter d’allaiter brutalement, sans suivre les conseils des médecins.

    Juste pour mettre les pendules à l’heure avec les défenseurs des sois-disant coutumes :

    En 2011 la mortalité infantile au Cameroun était de 60.91 contre 4.08 en Suisse. Même si évidement ces différences criantes ne sont pas le seul fait des coutumes parfois douteuses.

    1. Juste pour rebondir sur l’allaitement au sein de ton épouse.A-t-elle donné des raisons qui la rendaient réticente à donner le sein? Entre les lignes,je lis que quelque part elle a été obligé de donner le sein malgré elle,n’est ce pas cela qui l’a fait arrêter brusquement l’allaitement parce qu’elle n’aimait pas ça?

  2. Touchante, cette histoire a touché mon humanisme et ma sensibilité. La TRADITION,oui parfois il faut s’en passer. Mais la MODERNITE, il faut etre prudent aussi.

  3. la tradition,je veux bien mais pas dans tous les cas. Lorsque j’ai eu ma fille, je me suis heurté à ce problème mais j’ai tenu bon, pas une seule fois mon ventre n’a été « traumatisé »…ma grand-mère et moi étions devenues des « coépouses »…j’ai beau expliqué que le médicament jouait le même rôle, ma grand-mère était toujours aussi taciturne…ils disent que c’est pour éviter le ventre ballonné et faire sortir du sang entièrement mais moi je suis pas d’accord. j’ai 2 enfants, j’ai pas eu de massage et pourtant mon ventre est tout plat…merci Salma pour ce bel article. Ils sont toujours aussi interessants que tu es agréable à lire…kiss

  4. ah oui !!! connerie ces pratiques traditionnelles
    j’avais dit à ma grand mère c’est mon ventre et non le tien et grâce au sport j’ai retrouvé ma ligne d’avant maternité…

  5. nous n’avons pas encore compris qu’un peuple peut se tromper durant des millénaires.tradition oui, mais elle doit être utile à l’Homme.C’est l’Homme qui doit être au centre de tous cela.tous ce qui est dégradant doit être rejeté. Il est important de copier ce qu’il y’ a de positif dans la modernité

  6. Oui la pratique n’est pas bonne et acceptable à l’ère du village planétaire, mais ne fustiger pas les traditions africaines dans leur ensemble. Est ce que les traditions Occidentales sont toutes bonnes ? Il faut remarquer aussi qu’à une certaine époque, cette pratique était salutaire et aujourd’hui retrograde comme d’ailleurs pas mal de médicaments ou de procédés medicinales que les occidentaux nous ont imposés, à l’exemple de l’injection du quinimax et ses dégats (infirmité à profusion en Afrique) ou même tout recemment le cas du médicament coupe faim en France (le Mediator).

    Merci Salma pour cette article, et j’attends que tu nous fasses un autre sur les bonnes pratiques de la tradition africaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *