Zoli madam

2013-02-20 13.21.37

Avez –vous déjà été dans un marché Mokolo, Marché central, etc ; et que brusquement vous sentez quelqu’un vous tenir la main ? Hé bien  je pensais être tirée d’affaire en venant à Bamenda que non, je l’ai retrouvé ici à Commercial Avenue.

La plupart du temps quand cela m’arrivais mon premier reflexe était soit de gifler la personne, soit de secouer mon bras brusquement en m’éloignant, par crainte que ce ne soit un bandit. Quelques mètres plus loin quand mes battements cardiaux étaient revenus à la normale et bien je me rendais compte qu’on me tenait à nouveau le bras. Et là lorsque je baissais enfin les yeux je me retrouvais soit face à une fillette, soit face à un garçonnet qui souriait en me disant des mots que je ne comprenais pas vu qu’ils étaient très mal prononcés si c’est du français. Après avoir demandé deux ou trois fois à l’enfant « quoi ? » pour qu’il répète ce qu’il avait dit et bien je me rendais compte de ceci, au lieu de dire « Pardo ze veu larzent pou manzer » comme il le faisait, il voulait plutôt me dire « pardon je veux de l’argent pour manger ». Là c’est comme si je sortais d’un rêve et je souris devant ces personnes de teint clair des arabes choas qui ont de longs cheveux et sont beaux malgré leur manque d’entretien. La seule différence est que ceux de Bamenda parlent l’anglais.

Ma première réponse « je n’ai pas d’argent petit » ne le décourage pas car à ces mots il se jette encore sur moi en serrant ma main plus fort. Je me retourne et il poursuit « pardo zolie dame » il sourit et me touche la joue. Je ne cède pas et je répète ma première réponse. Il me lâche la main et va chez une autre personne. À Yaoundé pour se débarrasser de ces enfants il suffit de leur dire « viens on part chez moi », là vous les verrez rebrousser chemin et accélérer le pas. Si vous lui tenez la main en le disant et bien vous vous rendrez compte qu’à quelques mètres de vous il y a un homme ou une femme de la même couleur que cet enfant qui vient vers vous. Et vous comprenez tout, c’est le parent, il envoie son enfant flatter et demander de l’argent aux passants. Dès qu’ils ont de l’argent, ils vont le remettre à leurs parents. À midi la famille est réunie  dans un coin sur une natte ou un sac tissé et ils mangent je ne sais trop quoi. Je me suis toujours demandé d’où ils viennent pour avoir comme profession : mendiant.

A: Salma

Je n’ai pas toujours été comme ça hein, je donnais, c’est juste qu’au fur et à mesure que j’ai voulu pousser la réflexion je me suis rendue compte que le fait de donner les encourageait à ne pas se battre autrement. Je m’explique, dans les religions et surtout l’islam que je connais un peu, on demande de toujours faire le « salakha » offrande en français. La majorité des musulmans aiment le faire le vendredi ou les jours de fête d’Al ramadan ou d’Al Khébir. Les mendiants, les plus vieux je dirais qu’ils sont invalides, mais pas tant que ça car ils ont la force nécessaire pour se rendre là. Devant les mosquées, ils s’asseyent et posent une assiette, à la fin de la prière, ils reçoivent des paquets de sucre, de l’argent, du riz, bref le nécessaire pour vivre.

En sachant qu’ils recevront cela toutes les semaines ou tous les jours aux heures de prière, ils ne se gênent pas. Ils viennent s’installer là comme un rituel, vous ne pouvez pas imaginer le tas de bonne bouffe qu’ils reçoivent. Ce qui me révolte encore plus est le fait qu’ils mêlent des enfants à tout cela. D’accord ils sont invalides, mais ces enfants qu’ils trainent dans la ville et qui tiennent ces assiettes ne le sont pas eux. Pourquoi ne les envoient-ils pas à l’école ? L’enfant tient l’assiette et une fois qu’il y a de l’argent il doit le reverser dans la poche de l’adulte sinon vous verrez que malgré sa cécité (il a l’oreille assez fine pour savoir si c’est un billet, une petite pièce ou une grosse pièce d’argent que l’on vient de jeter dans l’assiette), il va se servir du bâton qu’il  tient souvent à la main gauche pour taper sur l’enfant.

Le jour où j’ai assisté à un tel spectacle, j’ai eu mon compte. Désormais je préfère aider un infirme comme celui que je rencontrais un peu partout dans la ville de Yaoundé. Il avait son carton de bonbons accroché au cou et se trainait au sol en appelant les clients. Lui, je lui donnais de l’argent même si je ne voulais rien acheter. On aide celui qui se bat et non celui qui se sert des autres et leur prive de leur droit pour son bonheur.

D’après vous est ce que la religion encourage la mendicité ?

The following two tabs change content below.
Salma
Salma est Camerounaise et journaliste, formée à l'ESSTIC. Elle a été reporter pendant 10 ans pour le mensuel sur la santé des adolescents «100% jeune». Elle a également travaillé pour le magazine sur l'environnement «Together». Sur la toile, elle a travaillé pour des sites comme Goducamer.com, cameroon-info.net, Mboablog, Kamerhiphop, reglo.org. Elle est une passionnée par l'écriture en ligne. Actuellement à Bamenda, elle est journaliste à la Radio Evangelium. Elle continue à évoluer dans la presse écrite en tant que correspondante pour des parutions telles que «Horizons 2035» et «Musiki».
Salma

Derniers articles parSalma (voir tous)

12 commentaires sur “Zoli madam

  1. quelle reflexe dis donc? la gifle tout de suite heim? ahahaha
    je ris trop avec mondoblog…
    mais, d’une certaine façon, la charité catholique encourage la mendicité et la domination de celui qui donne. mais les protestants, les juifs, et les musulmans ont une philosophie differente, je crois

  2. Bonjour:
    S’il faut répondre à la question posée de facon brutale, je dirai, NON! la réligion n’encourage pas la mendicité. C’est l’homme qui décide délibéreent de le devenir. Si la religion encourageait la mendicité, la plupart des croyants (toute religion confondue) seraient mendiants, et ce n’est pas le cas. Personellement je pense qu’il ya deux sortes de mendiants. Il ya ceux qui naissent ainsi et ceux qui le deviennent.
    Ceux qui naissent mendiants: C’est le cas pour moi de ces petits que les parents envoient demander de l’argent aux passants. Il sont sous le couroux d’un parent qui a choisit comme issue la mendicité et qui l’inculquent à leurs enfants déjà dans le sein. Il ya peu de chance pour que ces enfants inversent la tendence plus tard; la bible le dit.  » enseigne à ton enfant le chemin qu’il doit suivre et quand il sera grand il ne s’en détournera point. »
    Ceux qui deviennent mendiants: ce sont ceux qui par un certain handicap et de par la défaillance du système se trouvent coincés et ne voient que cette option pour mettre quelque chose sous la dent tous les jours. Normalement les handicapés physiques (et même mentaux jusqu’à un certain niveau) peuvent travailler et se prendre en charge. Ils doivent juste être mis dans des conditions adéquates pour le faire et ca c’est en principe le travail des politiques et de la société. C’est dans nos sociétés africianes qu’on regarde les handicapés avec des yeux plein de pitié, et qu’on se méfie meme parfois d’eux.
    Toi Salma tu donnes de l’argent à l’hadicapé qui vend ses sucreries parceque tu as « pitié de lui ». personellement je trouve que ca ne devrai pas être le cas, parceque jetter sur lui un regard de pitié signifie ne pas le considérer comme un être à part entière, mais plutot comme un être entièrement à part. Tu veras que certains iront plus loin et le marginaliseront. Lorsqu’il ya une discussion son avis n’est pas pris en considération, parceque par malheur pour lui qui est né avec des pieds qui ne fonctionnent pas on déduit directement que son cerveau aussi ne fonctionne pas. Ce sont des erreurs de pensée et notre société africaine a besoin d’être éduqué dans ce sens. Je vais faire une parenthèse sur les enfants qu’on tuait et qu’on tue encore dans certains villages parcequ’ils nés sans mélanine sur la peau. les albinos. On les fuit, on les pointe du doigt, on les tue, et moi je passe le temps à retourner cette question dans mon cerveau: WHY?
    Chacun devrait avoir le courage d’affronter le vie et de garder sa dignité. Mieux vaut être pauvre et digne, que d’être riche et l’esclave d’un humain comme toi.

    Bonne journée

    Bonne journée
    Lvir

  3. Il est bon d’encourager les hommes et les femmes à travailler. La mendicité avilies l’Homme.

    Changeons les choses dans nos villes, villages, campagnes et places publiques.

  4. En tant que blanc sur un marché de Yaoudé, tu es évidement une cible privilégie pour les adeptes de la mendicité.

    Mais honnêtement, je trouve que ce phénomène est relativement marginal au Cameroun. J’ai même l’impression qu’il y a nettement moins de mendiants qu’en Europe.

    Si vous avez les « Choas » nous avons les roumains. Et ils semblent bien plus nombreux.

    Moi je donne rarement, mais en général relativement substantiellement. Je ME fais plaisir en récompensant quelqu’un que j’estime méritant.

    Je me souviens d’avoir donner quelques billets à des joueurs de Balafon, mais j’ai surtout discrètement doublé le salaire de notre femme de ménage. Au moins elle, elle a travaillé !

      1. Je veux dire sans que mon épouse le sache. Elle a distribué quantité d’argent à la famille, dont la pluspart sont de toute façon « rationnés » à l’année depuis l’Europe. Ration souvent plus bue que mangée selon mes observations.

        Mais pour la pauvre fille qui trimait pour nous toute la journée, y compris laver le linge à la main, c’était salaire ‘syndical’.

        Donc j’ai pris la liberté de doubler son salaire, probablement pour me libérer du sentiment lancinant de friser l’esclavage.

        Et quel plaisir de constater l’incommensurable gratitude de la fille. On aurait dit que je lui offrais une voiture de sport !

  5. Bonjour,

    L’origine de ces personnes m’ont toujours intrigués. J’aimerai savoir si vous êtes sures que ce soit des arabes-choas. Si je prends par exemple la région de l’extrême-nord (ou ils font partie des populations en grand nombre avec les kotoko), on dit qu’il est difficile pour le premier venu de faire la différence entre les arabes choas et les autres populations.

    Peut être êtes vous sures de ce que vous dites. Peut être y a t il une minorité d’arabe choas qui sont à peau claire et cheveux raides. Mais pourquoi donc les mendiants valides à peau claire sont surreprésentés à Yaoundé?

    Le Cameroun est très divers en terme d’ethnicité. Et pour moi ayant vécu au sud, je sais que beaucoup de gens ne soupçonnent pas que ces gens (qui ressemblent beaucoup plus à des originaires du Maghreb) puissent avoir la nationalité camerounaise et sont autochtones du territoire camerounais depuis bien des générations.

    Un article beaucoup plus sérieux sur l’origine de ces gens m’intéresserait bien. Jusqu’à lors je soupçonne toujours que ce soit des étrangers venus d’autre pays d’Afrique comme le Mali, Niger, Tchad, … ou il y a bien évidemment des communautés Arabes et/ou Touareg de types peau claire et cheveux raides.

    1. bonjour
      si tu as bien remarqué le commentaire avant toi me signale que ce sont des touaregs et après des recherches je me rend compte qu’ils viennent du Mali et du Tchad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *